Histoire & Palmarès


L'UNION CHAMPAGNOISE :

La pratique du football a Champagné est avérée au moins le 21 janvier 1923. Ce dimanche là, l'équipe de Champagné se fait étriper par la Sentinelle de Saint-Romain. Mais le compte-rendu donné par celle-ci dans l'Echo de Civray lui rend sportivement hommage : "Après avoir parcouru 12 Kms à bicyclette, notre infatigable société a su, par ses feintes habilement jouées, battre malgré leur énergie, l'équipe de Champagné par 4 à 0."
"L'Union Champagnoise" est une association omnisports puisque le même journal, dans son numéro du mercredi 27 août 1924 annonce : "Une belle fête sportive aura lieu dimanche prochain 31 août a Champagné Saint Hilaire. Sont inscrits au programme : course à bicyclette, courses à pied 100m, 400m, 3000m, toutes dotées de très nombreux prix".
En outre, un match de football aura lieu entre la "Stella Sommièroise" et "l'Union Champagnoise."

LE SPORTING CLUB "LES MONTAGNARDS" :


C'est Bernard Guillaud qui fonde le Sporting Club "Les Montagnards" de Champagné Saint Hilaire. Cette association est déclarée le 25 avril 1939 et parue au J.O. le 17 mai de la même année et est affiliée à la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France.

L'année d'après, le club de Champagné reçoit un renfort précieux en la personne de M. Georges Ponsonnet. Employé de banque à Paris, il a fait de l'athlétisme son loisir et sa passion. A tel point que dans la clandestinité de la résistance, il prendra le surnom de son champion de course vénéré, Géo André. Il pratique plusieurs sports, le tennis, la natation, mais c'est dans les courses à pied qu'il se réalise : en 1924, il est sélectionné pour les Jeux Olympiques de Paris ; en 1928, il remporte le championnat de France du 1000 mètres.
Quand la débâcle l'oblige à s'installer à Champagné, il se met au service du Sporting Club qui vient d'avoir la douleur de perdre son fondateur, tué à la guerre. Il veut communiquer aux jeunes sa passion pour les sports et pour cela il organise, en pleine occupation, des épreuves de toutes sortes. Sa carrière de meneur d'homme s'est interrompue tragiquement le 13 août 1944.
Ce dévoué animateur disparu, l'athlétisme ne sera plus pratiqué à Champagné en dehors de l'école, et le Sporting Club se consacre exclusivement au football.
Le théâtre des efforts sportifs avait été jusque là un stade aménagé à Tringalet. Par la suite il va être installé sur la route de Sommières, jusqu'à l'aménagement du lotissement Jean Petit Jean. Il devra alors migrer encore une fois, là où il est aujourd'hui.

DE L'APRÈS GUERRE A AUJOURD'HUI :

Pour un village, le sport collectif pratiqué le dimanche après-midi constitue, comme l'école, comme la messe et les vêpres, comme les ballades…. Des moments de convivialité et de socialisation. Le défoulement de l'agressivité naturelle dans une lutte aux règles bien établies, la solidarité active durant un temps en vue de la victoire, la possibilité de révéler des talents physiques à la commune proche, l'initiation des jeunes par leurs aînés, tout cela est bon pour la cohésion communale.
La guerre a tué son fondateur et son animateur, mais le Sporting Club doit continuer sa mission. Il ne manque pas de dirigeants dévoués pour reprendre le flambeau. Et notamment le Président Maxime Marot et l'entraîneur André Texereau. Ici ou là, les journaux mentionnent quelques évènements de la vie du club.
Le 9 septembre 1956, le championnat vient de repartir et l'équipe de Champagné est en déplacement à La Villedieu. L'équipe qui reçoit bat les visiteurs 2 à 1, mais le résultat est moins important que le commentaire du journaliste de la Nouvelle République. Il écrit le mercredi suivant : "L'équipe de Champagné Saint Hilaire est composée de joueurs puissants, tenaces, qui doivent encore rechercher plus de cohésion dans le jeu, plus de construction dans les attaques, plus de précision dans le mouvement de la balle". On ne peut mieux souligner les qualités et les défauts d'une équipe d'amateurs qui compense le manque d'entraînement par une ardeur dans la lutte.

Les générations se succèdent, les résultats s'enchaînent, plus ou moins bons, mais les statuts n'ont pas changé depuis 1939, alors que les conditions ne sont plus les mêmes. Après le décès d'André Texereau, l'Assemblée Générale Extraordinaire du 27 mai 1979 met le Sporting Club à jour. Son objet est réduit à "la pratique de l'Éducation Physique et des Sports" et des statuts en 17 articles sont officiellement déposés à la Sous-préfecture de Montmorillon. Maxime Marot est maintenu à la Présidence.

C'est lors de la saison 90-91 que le club va écrire sa plus belle page. Suite à une descente en division inférieure, l'équipe 1 va survoler le championnat (voir article) en finissant invaincu et va même devenir championne de la Vienne de promotion de 2ème division. (voir article)
L'équipe 1 va se maintenir plusieurs saisons en 2ème division, jouant même parfois les premiers rôles. Malheureusement les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Suite aux départs ou à l'arrêt de plusieurs joueurs cadres, les résultats sont difficiles, les joueurs démotivés, le club s'éteint à la fin de la saison 97.

Heureusement, sous l'impulsion de quelques jeunes de la commune, bien aidés par des bénévoles, le club revit en 2001.
Les Montagnards sont de retour.
Malgré des résultats plus ou moins bons, l'état d'esprit est là, le club se restructure petit à petit, l'école de foot renaît, et se sont aujourd'hui une cinquantaine de jeunes qui animent le village le week-end, et qui portent haut et fort nos couleurs.

L'avenir est entre leurs pieds !!!!!!!!!!!

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 1 Dirigeant
  • 17 Joueurs
  • 6 Supporters